41. Ballar quan toca

Vinyeta 41

Figura

Oca (9). La vila.

Títol

Conté la cadena fònica “oca”.

Lema

Mantes escoceses = Nombroses dames procedents del nord de la Gran Bretanya.

Poema model


                                                      — pour le sifflet
Qu’est la bouche aux index livrée, un jeu de grâces
Avant l’envol du rond ; — pour l’os aux branches grasses
Qu’un jour faste à poulet, pour rire, à deux l’on rompt,
Un éperon poudreux ; — pour deux pleurs au vol prompt,
Ce qu’expulse un grippé d’espèce malapprise
Qui dans ses doigts se mouche ; — un jour exempt de brise,
Pour un vide encrier qu’on repaît d’encre, un seau
Qui d’asphalte s’emplit ; — lorsqu’il fait d’un vaisseau
Signe, armé de rouge, un bras, pour une allumette
Dure à tuer ; — pour ceux qu’avant qu’on le remette
Montre un bouchon, des mots gravés dans un tronçon
D’arbre scié ; — quand du coude seul, sans façon,
Contre un mur il s’appuie, un bras nu de poseuse,
Pour un index frappeur ; — lorsqu’une mère, oseuse,
Ouvre un berceau, les blancs rideaux, pour deux feuillets
Non coupés qu’on disjoint ; — zigzaguant sans œillets,
Un pliant mètre jaune en passe de s’étendre,
Pour un lacet d’été mis ; — quand pour plus l’entendre
Du va-et-vient l’enfant use, un cerceau sonneur,
Pour un cœur de montre ; — en plein escalier d’honneur,
Une barre à tapis, pour la charnière en cuivre
D’un coffret se vidant ; — pour le signe apte à suivre
Plaît-il, ce qu’un carlin noir, en marchant devant,
Montre à son maître ; — pour ce qu’en y prélevant
Le dedans la cuiller ôte à l’œuf à la coque,
La calotte du pape ; — un beau toit de bicoque
Neigeux, pour un bouquin docte étalé dos haut,
Frais vêtu d’écolier papier ; — quand, comme il faut,
Fait un cheval au vert, le produit, pour des boules
De cochonnet en plein billard ; — pour ce qu’aux poules
Râfle au passage l’œuf, les éclaboussements
D’un mollet à bas blanc ; — d’angoissants ossements
Dans un bassin vidé, pour la part qu’a l’assiette
D’un suceur d’abatis ; — pour deux dents qu’une miette
Disjoint, les deux doigts blancs d’un valet qui, gants mis,
Pouce oisif, ramasse un croûton ; — lorsqu’en amis
Flânent deux noirs, leurs bras crochus, pour deux stupides
Hameçons emmêlés ;

Raymond Roussel.
Continuació del poema model 36.

pdf

Anuncis

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

S'està connectant a %s