59. El món s’empioca

Vinyeta 59

Figura

Oca (13). El foc.

Títol

Conté la cadena fònica “oca”.

Lema

Coca de recapte = Estupefaent obtingut a força de precs.

Segons el Diccionari català valencià balear, l’ús de recapte com a “obtenció d’una cosa a força de demanar” es remunta, com a mínim, a Honorat Comalada.

Poema model


                               — pour la fente à rond d’un ordinaire
Protège-mine, un vide asile à boutons lourds ;
— Pour deux sabots à chocs réchauffants d’orteils gourds,
Deux sauteurs bateaux à l’ancre en temps d’équinoxe
Se heurtant face à face ; — un jour sans match de boxe,
Un ballon de cuir qui part, pour un ganté poing
Offensif ; — un talon correct dont, récent point
De mire, un chanceux dix de pique est la retourne,
Pour un double-cinq ; — pour le poil gris qui séjourne
Dans l’épileuse pince exploratrice, un fil
De fer dont s’est rendu maître un étau viril ;
— Pour une humble chapelle où la tête se cogne,
La cathédrale monstre assise en plein Cologne ;
— Le brutal iceberg, du pôle nord natif,
Pour l’étroit bloc de glace asservi, portatif,
Qu’en morceaux pour le verre, à l’office, on brésille ;
— Chez un pêcheur, pour un pou dans une résille,
Une oisive araignée explorant un chalut ;)))),
Cherche un coup d’encensoir à joindre à son salut :
Pour qu’à lui vienne la fortune, dont la roue
((((Témoin : — le gros banquier qu’on file et qu’on écroue ;
— Le grinche en paix, la nuit, jouant du rossignol ;
— Le Commissaire alors que le rosse Guignol ;
— Samson faible allant la dextre en avant ; — Turenne
Quand, de la bonne sorte, à Salzbach il étrenne ;
— L’absinthe à l’hypocondre ouvrant le paradis ;
— L’Enfant prodigue au nid rentrant sans un radis ;
— L’héritier plein de plans qui, près du catafalque,
Tout bas additionne, arrondit et défalque ;
— L’amiral commençant de ronfler sans effroi
Puis de Germain d’Auxerre entendant le beffroi ;
— Cinna conspirateur, devenant sur son siège
L’ami d’Auguste après avoir flairé le piège ;
— Le soulier visité par le petit Jésus ;
— L’odalisque à qui fut jeté le tire-jus ;
— Le téméraire qui passe une pièce fausse ;
— Daniel sympathique aux lions dans la fosse ;
— L’œuf effacé qu’illustre à jamais rend Colomb
En lui persuadant de se tenir d’aplomb ;
— Lourdes en petit fou changeant un grand malade ;
— Le faux prince tâtant du panier à salade ;
— Quand, voyant dans son mur Gretchen, il porte un toast
Puis s’ôte en buvant dix lustres, le docteur Faust ;
— Le mal qui foudroie en plein bonheur les toupies ;
— L’inventeur riche à sec mis par ses utopies ;
— Le lac de cire obscur quand, bravant la cuisson,
Un résolu cachet lui flanque un écusson ;
— Le pion à destin qu’un changement de case
Fait dame ; — Prométhée aux fers sur le Caucase ;
— Le chat dorloté puis cuit de la mèr’ Michel ;
— L’enfant cossu volé par un romanichel ;
— Cendrillon finissant par devenir princesse ;)))),
Mouvant ses ailerons, tourne sans paix ni cesse,
— Tel, devant son nombril, le chapeau d’un benêt, —
Tout hôte flatte, écoute — opine du bonnet
Même alors qu’on soutient :

Raymond Roussel.
Continuació del poema model 54.

pdf

Anuncis

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s