36. Queda poca sopa

Vinyeta 36

Figura

Oca (8). El barri.

Títol

Conté la cadena fònica “oca”.

Lema

Perdigot a la vinagreta = Sanguini malhumorat.

Poema model


                                                      — un lac de sang surgi
Dans un quartier suspect, pour le crachat perfide
D’un phtisique ; — chez un sellier, l’attache où, vide,
Miroite un étrier, pour un feu ceinturon
D’ombrelle jaune ; — pour le grain traître à juron
Qu’un mangeur de gibier, de côté, crache au diable,
Un boulet fendant l’air ; — lorsque irrémédiable
L’inondation s’y frotte, un carton à tir,
Pour le domino « double as » ; — le voyant partir,
Pour un bouchon sauteur qu’on lâche, un cylindrique
Ascenseur ; — pour le dard frêle où le nord s’indique,
Une ligne d’absent qui flotte et coupe en deux
Un bassin ; — sentinelle au poste hasardeux,
Au tir, sur son fond blanc, pour une ombre chinoise,
La silhouette noire ; — une paire sournoise
De bolas, droit au but volant câble tendu,
Pour un haltère ; — quand l’escrimeur s’est fendu,
Pour une serpe, son fleuret fier d’être courbe ;
— Pour la gueule, au tonneau, gobant, sans nulle fourbe,
Un palet bien lancé, celle où choit du corbeau
Le fromage ; — le pli chargé dont tout est beau,
Lorsqu’il pose, excentrique, adresse contre table,
Pour un cinq rouge ; — pour le trident intraitable
Qui monte l’huître au bec, celui qui, du dehors,
Hisse au grenier le foin ; — quand devant deux décors
Qu’un mur sépare il tombe, un sec rideau de nues,
Pour un voile abaissé sur un nez fin ; — quand, nues,
Elles se croisent, pour des ciseaux trop ouverts,
Deux lames libres ; — quand sont clos ses volets verts,
Un blanc bloc de maisons dans une rue en pente,
Pour du roquefort ; — un gazon courbe où serpente
Un tuyau d’eau, pour une épaule d’immortel
Où rampe un cheveu long ; — pour un couloir d’hôtel
A numéros de clés lourds, un boulevard riche,
Plein d’enseignes à tige ; — aveugle ému qui triche,
Pour l’enfant qu’un bandeau sangle au colin-maillard,
Un mûr parlementaire ; — aux halles, quand, gaillard,
Il rôde à son abri, pour celui du saint-père,
Le blanc chapeau d’un fort ; — un fauve sein prospère
De nourrice en vert clair, pour un marron qui point,
Fendant son contenant ; — lorsque à brûle-pourpoint
Il se retourne, pour une coupe trop pleine,
Un rouge parapluie ; — assidue à la peine,
Pour celle qu’un chanceux fait trimer au tonneau,
La roue à bain froid d’un moulin ; — un blanc panneau
Qu’un porte-riflards plein pare, asile à cinq places,
Pour du neuf papier à chant ; — pour l’une des glaces
Qui, des dents, servent, monstre, au dentiste un reflet,
Un miroir concave à barbe ;

Raymond Roussel.
Continuació del poema model 32.

pdf

Advertisements

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s